Concept clé

Principale donnée probante : Une étude sur les retards de vaccination en Inde a révélé que les enfants de mères qui n’avaient pas reçu d’instruction formelle étaient 37 à 81 % plus susceptibles d’être vaccinés en retard, comparativement aux enfants de mères qui avaient suivi 12 années de scolarité ou plus [selon le vaccin]. Les enfants dont la mère est allée à l’école primaire n’ont que légèrement mieux réussi, avec 33 à 62 % plus de chances de se faire vacciner tardivement, que ceux dont la mère était très instruite.

Note des éditeurs de VoICE : Les données de cette analyse proviennent de l’Enquête nationale sur la famille et la santé, quatrième édition.

Choudhary TS., Reddy NS., Apte A. et al. 2019. Delayed vaccination and its predictors among children under 2 years in India: Insights from the national family survey-4. Vaccine. 37(17).
Voir la publication >

Principale donnée probante : L’éducation maternelle profite aux taux de vaccination de tous les membres de la communauté, et pas seulement des enfants de la mère. Au Nigéria, les chances des enfants d’être entièrement vaccinés ont été multipliées par 1,06 pour chaque année supplémentaire d’éducation reçue par les mères. Les chances des enfants d’être entièrement vaccinés ont été multipliées par 1,2 pour chaque année supplémentaire d’éducation maternelle dans la communauté.

Note des rédacteurs de VoICE : les auteurs ont tenu compte de facteurs comme l’emploi des mères, la richesse moyenne du ménage, le fait que l’enfant soit né ou non à l’hôpital, le statut urbain des communautés et l’emplacement géographique des communautés.

Burroway, R., Hargrove, A. 2018. Education is the antidote: Individual- and community-level effects of maternal education on childhood immunizations in Nigeria. Social Science and Medicine. 213.
Voir la publication >

Principale donnée probante : L’utilisation des services de soins prénatals chez les adolescentes enceintes, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, y compris la vaccination contre l’anatoxine tétanique, était la plus faible chez les femmes qui vivaient dans les zones rurales, qui avaient effectué moins d’études et qui appartenaient aux quintiles de richesse plus pauvres.

Banke-Thomas QE., Banke-Thomas AO., Ameh CA. 2017. Factors influencing ultilisation of maternal health services by adolescent mothers in Low- and middle-income countries: a systematic review. BMC Pregnancy Childbirth. 17(65).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Une étude examinant les données OMS des États membres montre que la couverture mondiale de la troisième dose du vaccin DTC est 26 % plus élevée chez les enfants nés de mères ayant suivi des études secondaires que chez ceux nés de mères sans instruction.

Hinman A.R., et McKinlay M.A. 2015. Immunization equity. Vaccine. 33(2015).
Voir la publication >

Données clés : Les données de l’Enquête démographique et de santé du Kenya montrent que les femmes ayant fait des études primaires étaient 2 à 5 fois plus susceptibles de faire vacciner leurs nourrissons (selon le vaccin) et que les femmes ayant fait des études secondaires étaient 2,5 à 9 fois plus susceptibles de faire vacciner leurs nourrissons que les mères n’ayant pas fait d’études primaires ou n’ayant pas fait d’études [après ajustement en fonction de la richesse, de l’âge, de la religion et d’autres variables]. Des activités de communication ciblées visant à sensibiliser les femmes moins instruites à l’importance de la vaccination pourraient être une mesure à court terme pour réduire cet écart.

Onsomu EO, Abuya BA, Okech IN et al. 2015. Maternal education and immunization status among children in Kenya. Maternal and Child Health Journal. 19.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Une étude menée au Pakistan, conçue pour étudier la relation entre l’éducation et l’émancipation maternelle, d’une part, et la vaccination infantile contre la poliomyélite, d’autre part, a montré que les mères plus instruites sont plus susceptibles de faire vacciner leurs enfants – 74 % des enfants de mères qui ont fait des études supérieures ont été complètement vaccinés, contre 67 % chez les enfants de celles qui ont fait des études primaires, et seulement 47 % pour ceux dont les mères n’ont pas fait d’études.

Khan M.T., Zaheer S., Shafique K. 2017. Maternal education, empowerment, economic status, and child polio vaccination uptake in Pakistan: a population based cross sectional study. BJM Open. 7(3).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Les chercheurs qui se sont penchés sur la couverture vaccinale dans 45 pays à revenu faible et intermédiaire ont constaté que l’éducation maternelle est un bon prédicteur de la couverture vaccinale. Les enfants des mères les moins instruites sont 55 % moins susceptibles d’avoir reçu le vaccin contre la rougeole et trois doses du vaccin DTC que les enfants des mères les plus instruites.

Arsenault C., Harper S., Nandi A., et al. 2017. Monitoring equity in vaccination coverage: A systematic analysis of demographic and health surveys from 45 Gavi-supported countries. Vaccine. 5(6).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Une étude qui a examiné l’écart entre les sexes, en termes de couverture vaccinale, dans une zone rurale du Bangladesh, a montré que la pauvreté, le faible niveau d’instruction maternelle et l’ordre de naissance (seconde ou ultérieure) avaient un effet négatif plus important sur la probabilité de couverture vaccinale complète des filles que des garçons. En d’autres termes, les filles appartenant à des ménages vivant sous le seuil de pauvreté étaient 11 % moins susceptibles d’être pleinement vaccinées que les garçons appartenant à des ménages vivant sous le seuil de pauvreté. Les filles étaient également 6 % moins susceptibles que les garçons d’être complètement vaccinées si leur mère n’avaient pas fait d’études secondaires, et 5 % moins susceptibles que les garçons d’être vaccinées si elles n’étaient pas l’aînée de la famille.

Hanifi S.M., Ravn H., Aaby P., et al. 2018. Where girls are less likely to be fully vaccinated than boys: Evidence from a rural area in Bangladesh. Vaccines. en ligne avril 2018.
Voir la publication >