Concept clé

Principale donnée probante : Les infections respiratoires durant la grossesse peuvent avoir des effets indirects sur le fœtus en développement, par le biais de la fonction placentaire et des réponses immunitaires maternelles. Cela peut ensuite entraîner des naissances prématurées et la réduction de la croissance du fœtus. Cependant, un examen de plusieurs études récentes montre que l’administration du vaccin antigrippal pendant la grossesse augmente de 200 grammes le poids du nouveau-né et que le vaccin VPC7 administré aux nourrissons se traduit par une croissance supplémentaire de 500 grammes, au cours des six premiers mois de vie. De plus, le vaccin antigrippal maternel a entraîné une réduction de 15 % de l’insuffisance pondérale à la naissance. Cela indique que la vaccination peut améliorer la croissance intra-utérine.

Steinhoff M.C., Omer S.B., Roy E., et al. 2009. Association of infant pneumococcal immunization with infant growth in Asia. Presented at Pediatric Academic Societies meeting, Vancouver, Canada.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Dans une étude sur des familles vivant dans 24 plantations d’Indonésie, le taux de vaccination communautaire s’est avéré être un facteur de protection contre la minceur par rapport à l’âge, chez les enfants. En d’autres termes, les enfants vivant dans des communautés avec des taux globaux de vaccination plus élevés, présentaient un meilleur état nutritionnel.

Paknawin-Mock J., Jarvis L., Jahari A.B., et al. 2000. Community-level determinants of child growth in an Indonesian tea plantation. European Journal of Clinical Nutrition. 54(2).
Voir la publication >

Principale donnée probante : La modélisation des données de la troisième édition de l’Enquête nationale indienne sur la santé des familles, a indiqué que les vaccinations contre le DTC, la poliomyélite et la rougeole étaient des prédicteurs positifs significatifs de la taille, du poids et de la concentration d’hémoglobine d’un enfant. Cela a été vérifié après modélisation des données obtenues auprès de plus de 25 000 enfants.

Bhargava A., Guntupalli A.M., Lokshin M. 2011. Health Care Utilization, socioeconomic factors and child health in India. Journal of Biosocial Sciences. 43(6).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Cette étude, menée aux États-Unis, démontre l’association entre l’immunisation par le vaccin antigrippal inactivé pendant la grossesse et la réduction du risque de prématurité pendant les périodes d’activité grippale locale, régionale et étendue. De plus, au cours de la période d’activité grippale étendue, une relation a été remarquée entre la vaccination de la mère contre la grippe et la réduction du risque de naissance de bébés de petite taille par rapport à l’âge gestationnel (PAG).

Omer S.B., Goodman D., Steinhoff M.C., et al. 2011. Maternal influenza immunization and reduced likelihood of prematurity and small for gestational age births: a retrospective cohort study. PLOS Medicine. 8:e1000441.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Selon les résultats d’une étude menée en Inde sur les enfants de quatre ans, les enfants inscrits aux programmes universels de vaccination présentent des améliorations en termes de taille et de poids adaptés à l’âge. En moyenne, les déficits de taille et de poids ont été réduits de 22 à 25 %, et de 15 %, respectivement.

Anekwe T.D., Kumar S. 2012. The effect of a vaccination program on child anthropometry:evidence from India’s Universal Immunization Program.. Journal of Public Health. 34(4).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Une étude menée au Kenya a révélé que la vaccination contre la poliomyélite, le BCG, le DTC et la rougeole avait des effets protecteurs contre le retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans. Chez les enfants de moins de deux ans, les enfants vaccinés étaient 27 % moins susceptibles de présenter un retard de croissance que les enfants non vaccinés. De plus, les enfants ayant souffert de toux ou de diarrhée au cours des deux semaines précédant l’étude ont montré une probabilité 80 à 90 % plus élevée d’avoir une insuffisance pondérale ou de souffrir d’émaciation.

Gewa, C.A. and Yandell, N. 2011. Undernutrition among Kenyan children: contribution of child, maternal and household factors. Public Health Nutrition. 15(6).
Voir la publication >