Concept clé

Principale donnée probante : Une étude a révélé que les enfants de travailleurs migrants pauvres vivant à Delhi, en Inde, sont beaucoup moins susceptibles d’être pleinement vaccinés que la population générale et sont donc plus exposés aux maladies évitables par la vaccination. Seulement 31 à 53 % des enfants issus de familles migrantes étaient complètement vaccinés (contre sept maladies) à l’âge de 12 mois, contre 72 % dans l’ensemble de la population de Delhi – les migrants récents ayant les taux les plus faibles. Il est donc nécessaire de se concentrer sur la prestation de services de santé aux migrants.

Kusuma YS, Kaushal S, Sundari AB, et al. 2018. Access to childhood immunization services and its determinants among recent and settled migrants in Delhi, India. Public Health. 158.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Les enfants réfugiés somaliens au Kenya étaient près de 60 fois plus susceptibles que les enfants du principal groupe ethnique de l’étude (Kikuyu) de ne pas avoir reçu de vaccination infantile et plus de deux fois plus susceptibles de ne pas avoir terminé leur vaccination. Les enfants somaliens représentaient moins de 8 % de l’échantillon, mais près de la moitié des enfants non vaccinés.

Note des rédacteurs de VoICE : Cette étude a utilisé les données de l’enquête démographique et de santé du Kenya.

Masters NB, Wagner AL, Carlson BF et al. 2018. Childhood vaccination in Kenya: socioeconomic determinants and disparities among the Somali ethnic community. International Journal of Public Health. 64(3).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Les filles issues de familles de réfugiés au Danemark étaient 40 à 56 % moins susceptibles de recevoir le vaccin contre le VPH dans le cadre de deux programmes de vaccination gratuite que les filles nées au Danemark, et les différences sont demeurées importantes lorsque le revenu a été pris en compte. C’est parmi les réfugiés présents dans le pays depuis moins de cinq ans et ceux issus de certains pays ou régions que la probabilité d’être vacciné était la plus faible, ce qui montre la nécessité de réduire les obstacles culturels, sociaux et informationnels qui freinent la vaccination, et d’évaluer les programmes de vaccination dans des sociétés de plus en plus diversifiées sur le plan ethnique.

Moller SP, Kristiansen M, Norredam M 2018. Human papillomavirus immunization uptake among girls with a refugee background compared with Danish-born girls: a national register-based cohort study. European Journal of Cancer Prevention. 27.
Voir la publication >

Données clés : Dans une étude sur la vaccination rapide contre la rougeole (définie comme la vaccination dans le mois suivant l’âge recommandé ), les enfants vivant dans la province de Zheijiang en Chine dont les familles avaient immigré d’ailleurs dans le pays avaient 2,6 fois plus de risques de recevoir la première dose de rougeole en retard et près de trois fois plus de risques de recevoir la seconde dose en retard que les enfants originaires de la région.

Hu Y, Wang Y, Chen Y et al. 2018. Measles vaccination coverage, determinants of delayed vaccination and reasons for non-vaccination among children aged 24-35 months in Zhejiane province, China. BMC Public Health. 18.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Les enfants de Shanghai, en Chine, dont les familles ont émigré des zones rurales – et qui représentent aujourd’hui environ 40 % de la population totale de la ville – sont deux fois moins susceptibles que les enfants citadins de recevoir la première dose du vaccin contre la rougeole avant l’âge de neuf mois et 42 % moins susceptibles de recevoir la deuxième dose avant l’âge de 24 mois. Les taux moins élevés d’administration de la première dose du vaccin contre la rougeole au moment opportun chez les migrants ruraux que chez les enfants citadins (78 % contre 89 %) constituent un obstacle majeur à l’élimination de la rougeole en Chine. Cela indique qu’il est nécessaire de cibler spécifiquement la vaccination des enfants non citadins, en particulier ceux vivant principalement dans des communautés de migrants.

Wagner AL., Sun X., Huang Z. et al. 2016. On-time measles and pneumococcal vaccination of Shanghai children. Pediatric Infectious Disease Journal. 35.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Les nouveaux migrants font face à des obstacles lorsqu’il s’agit d’accéder aux soins de santé, y compris des obstacles linguistiques et culturels, des connaissances limitées, l’insécurité liée au logement et à l’alimentation, le stress et le manque de ressources disponibles pendant les longs voyages. Au Canada, bien que les personnes nées à l’étranger ne représentent que 22 % de la population totale, 70 % des cas de tuberculose active sont survenus dans cette population.

2018. Pleins feux de l’ACSP sur l’élimination de la tuberculose au Canada. Agence de la santé publique du Canada.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Une étude menée au Canada établissant un lien entre les données hospitalières et les bases de données du recensement et de l’immigration a révélé que les taux d’hospitalisation ajustés en fonction de l’âge pour les maladies évitables par la vaccination étaient 33 % plus élevés chez les immigrants qu’au sein de la population née au Canada (1,6 contre 1,2 pour 10 000) et que les taux les plus élevés concernaient les réfugiés (1,7/10 000) et les immigrants de l’Asie de l’Est et du Sud-Est (2,1/10 000). Soixante pour cent des hospitalisations liées à des maladies évitables par la vaccination chez les nouveaux immigrants étaient attribuables à une infection chronique à l’hépatite B, ce qui suggère la nécessité d’établir des lignes directrices de dépistage de l’hépatite B pour les migrants, et de vacciner les immigrants contre diverses maladies avant ou à leur arrivée.

Ng E., Sanmartin C., Elien-Massenat D., Manuel DG. 2016. Vaccine-preventable disease-related hospitalization among immigrants and refugees to Canada : study of linked population-based databases. Vaccine. 34.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Un examen approfondi des dernières données probantes sur les différences de taux de maladies évitables par la vaccination et de taux de vaccination entre les migrants et les non-migrants dans les pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire de la tranche supérieure donne à penser que les migrants et leurs enfants courent généralement un risque plus élevé de contracter ou de propager des MEV, comparativement aux citoyens d’origine locale, et qu’ils présentent, dans de nombreux cas, des taux de vaccination plus faibles.

Charania NA., Gaze N., Kung JY., Brooks S. 2019. Vaccine-preventable diseases and immunisation coverage among migrants and non-migrants worldwide: A scoping review of published literature. 2006-2016. Vaccine. 37(20).
Voir la publication >