Concept clé

Principale donnée probante : Une flambée de rougeole dans les États fédérés de Micronésie (EFM) en 2014, causant près de 400 cas confirmés, a coûté près de 4 millions de dollars (environ 10 000 dollars par cas), dont 88 % pour une campagne de vaccination de masse, des enquêtes sur la flambée et d’autres coûts de confinement. Bien que le gouvernement américain ait couvert les 2/3 des coûts, le fardeau économique pour les FSM (en termes de main-d’œuvre et d’autres coûts pour contenir la flambée, des coûts directs de la maladie et des pertes de productivité) a été l’équivalent de l’ensemble du budget de l’éducation du pays pour un an.

Pike J, Tippins A, Nyaku M et al. 2017. Cost of a measles outbreak in a remote island economy: 2014 Federated States of Micronesia measles outbreak. Vaccine. 35(43).
Voir la publication >

Données clés : Dans une analyse d’un scénario hypothétique de flambée, basée sur les données de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, les chercheurs ont estimé qu’une flambée à grande échelle se propageant à neuf pays asiatiques pourrait coûter à l’économie américaine 8 à 41 milliards de dollars en exportations perdues et mettre en péril près de 1,4 million d’emplois américains liés à l’exportation.

Bambery Z, Cassell CH, Bennell RE et al. 2018. Impact of hypothetical infectious disease outbreak in US exports and export-based jobs. Health Security. 16.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Au cours de l’épidémie d’Ebola qui a sévi de 2014 à 2016 dans trois pays d’Afrique de l’Ouest, la peur de la maladie au Nigeria voisin et les idées fausses sur la façon dont la maladie se propage ont eu des répercussions négatives sur de nombreux secteurs de l’économie (commerce de détail, hôtellerie, transport aérien et certains secteurs agricoles).

Bali S, Stewart KA, Pate MA, et al. 2016. Long shadow of fear in an epidemic: fearonomic effects of Ebola on the private sector in Nigeria. BMJ Global Health. 1.
Voir la publication >

Principale donnée probante : Une étude sur une flambée de choléra au Pérou, en 1991-1992, estime que l’économie nationale a perdu, au minimum, plus de 50 millions de dollars américains en raison de la baisse des recettes touristiques, des recettes d’exportation de biens et de la consommation intérieure, suite à la flambée de choléra.

Suarez R. and Bradford B. 1993. The economic impact of the cholera epidemic in Peru: An application of the cost of illness methodology. Office of Health, Bureau for Research and Development, Water and Sanitation for Health (WASH) Project. Field Report. 415.
Voir la publication >