Concept clé

Principale donnée probante : Une évaluation de la capacité du vaccin conjugué contre le pneumocoque à réduire la fréquence des infections respiratoires et de la consommation d’antibiotiques qui en résulte a été menée auprès de personnes fréquentant des garderies en Israël. On a observé une réduction globale de 17 % de l’utilisation d’antibiotiques chez les enfants qui avaient reçu le vaccin conjugué à 9 valents. En particulier, une réduction de 10 % du nombre de jours d’utilisation d’antibiotiques pour les infections des voies respiratoires supérieures, de 47 % du nombre de jours d’utilisation d’antibiotiques pour les infections des voies respiratoires inférieures et de 20 % du nombre de jours d’utilisation d’antibiotiques pour l’otite moyenne (infections de l’oreille) comparativement aux enfants qui n’ont pas reçu de VCP.

Dagan, R., Sikuler-Cohen, M., Zamir, O., et al 2001. Effect of a conjugate pneumococcal vaccine on the occurrence of respiratory infections and antibiotic use in day-care center attendees. Pediatric Infectious Disease Journal. 20(10).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Plusieurs études ont montré une réduction de 13 à 50 % de l’utilisation d’antibiotiques par les enfants ayant reçu le vaccin antigrippal par rapport aux témoins non vaccinés. Ceci est dû à une diminution des maladies fébriles causées par la grippe (pour lesquelles des antibiotiques sont souvent prescrits de façon inappropriée) ainsi qu’à une diminution des infections bactériennes secondaires nécessitant un traitement antibiotique, telles que la pneumonie et les infections de l’oreille moyenne, qui sont déclenchées par la grippe.

Klugman KP, Black S 2018. Impact of existing vaccines in reducing antibiotic resistance: primary and secondary effects. Proceedings of the National Academy of Sciences. 115(51).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Dans une étude évaluant l’impact du VPC7 sur 40 000 receveurs et sujets témoins dans le nord de la Californie, il a été révélé que le vaccin pouvait réduire considérablement le besoin d’antibiotiques pour traiter la maladie. Les enfants qui avaient reçu le vaccin ont présenté une réduction de 5,4 % du nombre d’ordonnances d’antibiotiques et une réduction de 12,6 % de l’utilisation « d’antibiotiques de deuxième intention » par rapport aux témoins. De plus, lorsqu’on a examiné les enfants entre la première dose et l’âge de 3,5 ans, le vaccin avait empêché 35 ordonnances d’antibiotiques pour 100 enfants complètement vaccinés.

Fireman, B., Black, S.B., Shinefield, H.R., et al. 2003. Impact of pneumococcal conjugate vaccine on otitis media. Pediatric Infectious Disease Journal. 22(1).
Voir la publication >

Données clés : En Islande, une étude portant sur tous les enfants nés sur une période de 11 ans, avant et après l’introduction du vaccin conjugué contre le pneumocoque (VPC) dans le programme de vaccination national, a révélé une diminution de 6 % de toutes les ordonnances d’antibiotiques pour les enfants au cours de leurs quatre premières années de vie et une réduction de 22 % des ordonnances pour otite moyenne après l’introduction du vaccin. Ainsi, en plus de réduire le fardeau des maladies pneumococciques, le VPC peut également ralentir la propagation de la résistance aux antibiotiques.

Eythorsson E, Sigurdsson S, Hrafnkelsson B 2018. Impact of the 10-valent pneumococcal conjugate vaccine on antimicrobial prescriptions in young children: a whole population study. BMC Infectious Disease. 18(505).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Les vaccins contre la grippe réduisent l’utilisation des antibiotiques qui favorisent la pharmaco-résistance des bactéries de deux façons différentes. Premièrement, ils préviennent les infections bactériennes secondaires causées par la grippe, comme la pneumonie et l’otite moyenne ; en Ontario, au Canada, le taux de prescription d’antibiotiques associés à la grippe a diminué d’environ 64 % après l’introduction universelle du vaccin antigrippal comparativement à d’autres provinces canadiennes où l’utilisation du vaccin est plus limitée. Deuxièmement, ils contribuent à la prévention d’ordonnances d’antibiotiques inappropriées pour des infections des voies respiratoires causées par la grippe et d’autres virus, qui représentent la moitié de toutes les maladies respiratoires pour lesquelles des antibiotiques sont prescrits aux États-Unis.

Jansen KU., Knirsch C., Anderson AS. 2018. The role of vaccines in preventing bacterial antimicrobial resistance. Nature Medicine. 24.
Voir la publication >