Concept clé

Principale donnée probante : Une étude communautaire menée au Vietnam a révélé qu’un pourcentage élevé d’enfants de moins de cinq ans étaient porteurs de bactéries pneumococciques dans le nez et la gorge, qui n’étaient pas sensibles aux antibiotiques couramment utilisés. Parmi les souches testées, 18 % n’étaient pas sensibles à la pénicilline, 26 % n’étaient pas sensibles au céfotaxime, 76 % n’étaient pas sensibles au méropénème et 14 % n’étaient pas sensibles aux trois médicaments « macrolides » (p. ex., l’erythromycine et l’azithromycine). Cependant, 90 % des souches multirésistantes sont des sérotypes présents dans le vaccin 13-valent conjugué contre le pneumocoque (VPC13) et donc l’introduction d’un vaccin devrait augmenter la sensibilité des souches circulantes de la bactérie.

Nguyen HAT., Fujii H., Vu HTT. et al. 2019. An alarmingly high nasal carriage rate of Streptococcus pneumoniae serotype 19F non-susceptible to multiple beta-lactam antimicrobials among Vietnamese children. BMC Infectious Diseases. 19(241).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Les CDC des États-Unis considèrent l’utilisation des vaccins comme l’une des quatre étapes essentielles pour contrôler la propagation de l’antibiorésistance.

Centers for Disease Control and Prevention 2013. Antibiotic resistance threats in the United States, 2013 (Report).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Selon une étude menée auprès d’une population endémique hypothétique, la vaccination à l’aide du vaccin conjugué contre la typhoïde renversera l’augmentation actuelle du pourcentage de porteurs chroniques de la maladie résistants aux antibiotiques, si au moins 50 % de la population cible est vaccinée. Cela épuiserait un important « réservoir » de typhoïde résistante aux antibiotiques.

Kaufhold S, Yaesoubi R, Pitzer VE 2019. Predicting the impact of typhoid conjugate vaccines on antimicrobial resistance. Clinical Infectious Diseases. 68(2).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Un examen systématique de plusieurs études menées en Inde a révélé qu’avant l’utilisation généralisée du vaccin conjugué contre le pneumocoque, la résistance aux antibiotiques lors d’infections pneumococciques graves chez les enfants indiens était fréquente. La résistance à la pénicilline a été observée dans 10 % des cas de pneumococcie invasive (PI), tandis que la résistance au triméthoprime/sulfaméthoxazole a été observée dans plus de 80 % de ces cas.

Singh J., Sundaresan S., Manoharan A., et al. 2017. Serotype distribution and antimicrobial susceptibility pattern in children≤ 5 years with invasive pneumococcal disease in India–A systematic review. Vaccine. 35(35).
Voir la publication >

Principale donnée probante : Peu de temps après l’introduction du vaccin contre la bactérie Hib au Royaume-Uni, une diminution des souches résistantes (positives aux ᵝ-lactamases) a été documentée. Aux États-Unis, une diminution de l’utilisation des antibiotiques et de la prévalence des souches de pneumocoques non sensibles aux antibiotiques a été observée après l’introduction des vaccins conjugués contre le pneumocoque, notamment le VPC13.

Jansen KU., Knirsch C., Anderson AS. 2018. The role of vaccines in preventing bacterial antimicrobial resistance. Nature Medicine. 24.
Voir la publication >