Santé maternelle

Le sous-thème Santé maternelle explore les preuves des avantages de la vaccination pour la santé des femmes pendant la grossesse, pour leur enfant à naître et nouveau-né, ainsi que pour l’amélioration des résultats pour la santé maternelle et infantile.

5 Key Concepts

Principale donnée probante : Grâce à des mesures locales incitatives en matière de santé maternelle et infantile, ainsi qu’au recours à des militants de santé nommés localement, le programme d’intervention communautaire à stratégies multiples de la Mission nationale de santé rurale (NRHM), en Inde, a permis d’améliorer le niveau des ménages, ce qui s’est traduit, au cours du programme de sept ans, par une augmentation de tous les indicateurs suivants pour les femmes et les enfants :
– la proportion de femmes enceintes ayant au moins trois bilans prénatals (de 43 % à 74,5 %)
– ceux qui ont reçu au moins une injection d’anatoxine tétanique (de 83,5 % à 93,6 %)
– accouchements dans un établissement (de 35,7 % à 77 %)
– bilans postnatals dans les deux semaines suivant l’accouchement (de 49 % à 67,2 %) et
– les enfants qui ont reçu un soluté de réhydratation oral pour la diarrhée (de 32,3 % à 44,8 %).

Voir la publication >

Principale donnée probante : Les mères qui étaient en présence d’un personnel obstétricien compétent au moment de leur accouchement et qui bénéficiaient de soins postnatals étaient environ six fois plus susceptibles d’avoir des enfants complètement vaccinés.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Au Bangladesh, le lait maternel des femmes enceintes qui ont reçu le vaccin antigrippal présentait des taux élevés d’anticorps antigrippaux. Les nourrissons des mères qui ont reçu le vaccin pendant la grossesse ont connu moins d’épisodes de maladie respiratoire avec fièvre que les nourrissons de mères qui n’ont pas reçu le vaccin antigrippal pendant la grossesse. De plus, l’allaitement maternel exclusif s’est avéré avoir un effet protecteur contre les maladies respiratoires accompagnées de fièvre chez les nourrissons.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Au Bangladesh, le lait maternel des mères qui ont reçu le vaccin contre le méningocoque pendant leur grossesse, présentait un taux d’anticorps anti-méningococciques, trois à six mois après l’accouchement, quatre à cinq fois plus élevé que celui des mères qui n’ont pas reçu le vaccin.

Note des éditeurs de VoICE : Bien que cette étude ait été publiée en 2002, les données sur ce sujet sont rares car il est difficile, sur le plan méthodologique, de mener des études dont le but est d’évaluer la relation entre la protection et les anticorps anti-méningococciques du lait maternel.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Les mères infectées par le virus de la rubéole au cours du premier trimestre de leur grossesse peuvent donner naissance à des enfants atteints d’incapacités permanentes telles que déficience intellectuelle, autisme, cécité, surdité et malformations cardiaques. L’infection est complètement évitable si les mères sont vaccinées avant la grossesse.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Au cours de la pandémie de grippe A (H1N1) au Royaume-Uni, en 2009, les femmes enceintes qui ont contracté la grippe étaient cinq fois plus susceptibles de faire l’expérience d’une mortalité périnatale (mortinaissances) et trois fois plus susceptibles d’accoucher prématurément, comparativement aux femmes enceintes qui n’ont pas contracté le virus.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Les femmes enceintes courent un risque d’hospitalisation pour une grippe confirmée en laboratoire près de 2,5 fois plus élevé que les femmes non enceintes.

Note des éditeurs de VoICE : Dans un examen effectué par l’OMS, les femmes enceintes ne présentent pas un risque élevé d’issues plus graves, comparativement aux femmes non enceintes. Cela peut suggérer que les femmes enceintes sont plus susceptibles d’être hospitalisées pour une grippe à des fins de précautions.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Les femmes enceintes courent un risque particulièrement élevé de contracter une maladie grave et de mourir de diverses maladies bactériennes et virales, comme la grippe, la pneumonie à pneumocoques et le streptocoque du groupe B, pour lesquelles des vaccins existent ou sont en cours de développement. Les maladies évitables par la vaccination pendant la grossesse sont associées à des issues obstétriques et pédiatriques indésirables telles que les avortements spontanés, les anomalies congénitales, les naissances prématurées et l’insuffisance pondérale à la naissance.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Plusieurs études menées dans différents pays occidentaux ont révélé que les femmes enceintes infectées par la grippe durant la pandémie de grippe A (H1N1) de 2009 présentaient un risque plus élevé d’avortements spontanés, de mortinaissances, d’insuffisance pondérale à la naissance et d’accouchements prématurés. Le risque de mort fœtale était de 2 à 5,5 fois plus élevé chez les femmes enceintes atteintes de la grippe que chez les femmes enceintes sans grippe. Au Royaume-Uni, le taux de mortinatalité était 4,5 fois plus élevé et la probabilité d’accouchement prématuré était 4 fois plus élevée chez les femmes enceintes infectées par la grippe que chez les femmes non infectées.

Note des éditeurs de VoICE : Bien que cet article indique que l’utilisation du vaccin antigrippal est inoffensive pour la mère et le fœtus, il existe des données contradictoires concernant l’effet de la vaccination sur l’amélioration des taux de naissances prématurées.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Les enfants des bidonvilles souffrent de taux plus élevés de maladies diarrhéiques et respiratoires, de malnutrition et présentent des taux de vaccination plus faibles. Les mères qui résident dans des bidonvilles sont moins instruites et moins susceptibles de recevoir des soins prénatals et l’assistance d’une accoucheuse qualifiée.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Au Brésil, où les cas de coqueluche ont fortement augmenté, principalement chez les nourrissons

Voir la publication >

Principale donnée probante : Au Japon, où la coqueluche est réapparue chez les adolescents et les adultes, l’administration aux femmes enceintes du vaccin Tdap serait rentable pour prévenir la maladie chez les jeunes nourrissons (âgés de <3 mois) et chez les mères, selon la définition de la rentabilité données par l'OMS. Cela est vrai même si seulement 50 % des femmes enceintes reçoivent le vaccin.

Voir la publication >

Principale donnée probante : La coqueluche cause près de 200 000 décès chez les enfants à travers le monde, presque tous chez les nourrissons trop jeunes pour être vaccinés. La vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche avec une dose unique de vaccin Tdap serait efficace à 89 % pour protéger les nourrissons contre la maladie au cours de leurs deux premiers mois de vie et réduirait l’incidence de la coqueluche chez les nouveau-nés aux États-Unis de 68 % (en supposant que 75 % des mères soient vaccinées).

Voir la publication >

Principale donnée probante : Une étude menée en Australie a estimé que l’ajout de la vaccination des femmes enceintes avec le vaccin dTpa au programme actuel de vaccination des enfants contre la coqueluche permettrait de prévenir 8 800 cas symptomatiques supplémentaires de coqueluche (pour la plupart non déclarés) et 146 hospitalisations chaque année à tous les âges, y compris les nourrissons et leurs mères, ainsi qu’un décès tous les 22 mois. L’étude a conclu que la vaccination maternelle contre la coqueluche était rentable.

Note des éditeurs de VoICE : Remarque : La formulation utilisée dans cette étude est abrégée « dTpa ».

Voir la publication >

Principale donnée probante : Une vaste étude menée en Californie auprès d’environ 150 000 nouveau-nés a révélé que la vaccination des femmes enceintes avec le vaccin TdCa offrait 91 % de protection contre l’infection coquelucheuse chez les nourrissons de moins de deux mois, et 88 % de protection avant la vaccination des nourrissons. L’étude a également montré que la vaccination des mères pendant leur grossesse ne réduisait pas l’efficacité de la vaccination des nourrissons, mais que la vaccination maternelle avec le TdCa offrait une protection supplémentaire aux nourrissons durant les premières années de leur vie.

Voir la publication >

Principale donnée probante : En Argentine, plus de 50 % des décès dus à la coqueluche sont survenus chez des nourrissons de moins de deux mois – trop jeunes pour être vaccinés dans le pays. L’impact de la vaccination maternelle contre la coqueluche sur la protection de leurs nourrissons contre la maladie a réduit de moitié l’incidence de coqueluche chez les nourrissons de moins de deux mois, en comparant les états où les taux de vaccination maternelle sont élevés et faibles.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Les nourrissons nés de mères qui ont déclaré avoir reçu le vaccin antigrippal pendant leur grossesse présentaient un risque 64 % plus faible de contracter une maladie pseudo-grippale au cours des six premiers mois de leur vie, un risque 70 % plus faible de contracter une grippe confirmée en laboratoire et un risque 81 % plus faible d’être hospitalisés à cause de la grippe, comparativement aux nourrissons dont la mère n’a pas déclaré avoir reçu le vaccin antigrippal pendant la grossesse. Étant donné que les vaccins antigrippaux ne sont pas efficaces chez les enfants de moins de six mois, la vaccination des femmes enceintes contre la grippe est une priorité de santé publique.

Note des éditeurs de VoICE : Les données proviennent d’une étude qui s’étend sur plus de huit ans dans une grande association de soins de santé de l’Ouest des États-Unis.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Une analyse des données de trois études a montré que les taux de pneumonie sévère chez les nourrissons, au cours des six premiers mois de leur vie, étaient globalement 20 % plus faibles chez les nourrissons dont la mère avait reçu un vaccin antigrippal pendant la grossesse que chez les nourrissons dont la mère n’en avait pas reçu, et que les taux de pneumonie sévère étaient 56 % plus faibles durant les périodes où la circulation de la grippe était la plus élevée. Ces résultats correspondent aux données probantes indiquant que l’infection grippale prédispose les individus à une infection pneumococcique.

Note des éditeurs de VoICE : Le taux d’incidence de la pneumonie sévère dans le groupe vacciné par rapport au groupe témoin était inférieur de 43 % en Afrique du Sud, inférieur de 31 % au Népal, mais pas significativement différent au Mali.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Selon une étude de cas-témoins menée en Argentine, la vaccination des femmes au cours de leur deuxième ou troisième trimestre de grossesse avec le vaccin Tdca s’est avérée efficace à 81 % en termes de prévention de la coqueluche chez leurs nourrissons au cours des deux premiers mois de leur vie.

Note des éditeurs de VoICE : Il s’agit de l’une des premières études à mesurer l’efficacité de la vaccination maternelle contre la coqueluche dans un pays à revenu intermédiaire et ses résultats appuient la décision de l’Argentine d’introduire le vaccin.

Voir la publication >

Principale donnée probante : La période consécutive à l’accouchement, mais antérieure au moment où le nourrisson acquiert l’immunité aux maladies par exposition naturelle ou immunisation, est celle où la mortalité infantile due aux infections est la plus élevée. La vaccination des femmes enceintes s’est révélée efficace pour protéger les jeunes nourrissons contre la grippe et la coqueluche.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Malgré l’introduction du vaccin conjugué contre le pneumocoque (VPC) dans le programme de vaccination des enfants en Nouvelle-Zélande, l’incidence de pneumococcies invasives chez les nouveau-nés (<âgés de 30 jours) demeure relativement élevée, avec 6 cas pour 100 000 (comparativement à 2/100 000 aux États-Unis). Sur les 19 cas de nourrissons âgés de <30 jours dans cette étude, neuf (47 %) sont survenus au cours des sept premiers jours de vie et six au cours des premières 48 heures. Si elle s'avérait efficace, la vaccination maternelle couvrirait, selon le vaccin, de 74 % à 84 % des sérotypes qui ont infecté ces nourrissons.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Il a été démontré que la vaccination contre le tétanos, la coqueluche et la grippe pendant la grossesse a un véritable effet sur la santé de la mère et du fœtus, et qu’elle augmente la survie des nourrissons au cours des premiers mois de leur vie. La vaccination maternelle à base de vaccins contenant de l’anatoxine tétanique est l’un des éléments qui contribue le plus à la réduction de 94 % des décès dus au tétanos dans le monde depuis 1988. Entre les années 1970 et le début des années 2000, la vaccination maternelle contre la coqueluche a réduit l’incidence de la maladie à 5 000 cas par an, comparativement aux 100 000 à 250 000 cas enregistrés auparavant aux États-Unis. La vaccination des mères contre la grippe a fait baisser de 63 % les cas confirmés de maladie.

Voir la publication >

Principale donnée probante : La vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche au moins une semaine avant l’accouchement s’est avérée efficace à 91 % en termes de prévention de la maladie chez les nourrissons

Voir la publication >

Données clés : Une étude utilisant le SIG pour quantifier le pourcentage de femmes enceintes au Mozambique qui n’ont pas accès au vaccin contre l’anatoxine tétanique (TT) à différentes distances des établissements de santé a estimé qu’en permettant aux femmes de ne pas parcourir plus de 5 km pour se rendre à un site de vaccination TT, on pourrait éviter chaque année près de 18 000 cas de tétanos néonatal, qui coûtent au pays plus de 362 millions de dollars en coûts de traitement et en perte de productivité. À l’heure actuelle, parvenir à une couverture TT de 99 % des femmes imposerait à ces dernières de parcourir jusqu’à 35 km pour se faire vacciner.

Note des rédacteurs de VoICE : SIG, un système d’information géospatiale, est un système informatique capable de saisir, de stocker, d’analyser et d’afficher des informations géoréférencées.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Dans une étude de cas-témoins menée dans l’État de São Paulo, au Brésil, la vaccination des femmes enceintes avec le vaccin Tdca s’est révélée efficace à 83 % pour prévenir la coqueluche chez leurs nourrissons de moins de deux mois – avant leur première dose de DTC – et à 81 % après contrôle du revenu du ménage et de l’âge de la mère.

Voir la publication >

Principale donnée probante : Les nourrissons de moins de deux mois sont trop jeunes pour être vaccinés contre la coqueluche. Cependant, ce sont eux qui courent le plus grand risque de contracter une maladie grave – avec un taux d’hospitalisation de 75 % et un taux de létalité de 1 %. Une étude de cas-témoins menée dans six États américains a révélé que la vaccination des femmes au cours de leur troisième trimestre de grossesse avec le vaccin Tdca offrait une protection de 81 % contre la coqueluche aux nourrissons de

Voir la publication >